"Apocalypse, fin d’un mythe catholique"

Publié le par Bx

Extrait du journal télévisé de 20 heures sur TF1, le 21 août 1998

- C’est bientôt la fin de ce journal mais avant la météo, je reçois Jacques Soulisse, journaliste, écrivain engagé et éditeur alternatif. Monsieur Soulisse bonsoir ! Il se dit que vous usez de vos relations que l’on dit nombreuses dans les media pour vous faire inviter sur les plateaux télévisuels afin de présenter votre récent pamphlet, « Apocalypse, fin d’un mythe catholique ».  Est-ce un brûlot contre le Vatican ou plus la quintessence de toutes vos attaques personnelles contre l’Institution catholique ?
- Concernant votre première question monsieur Pepper, je répondrais simplement que j’use des mêmes relations qu’un pseudo écrivain se faisant inviter sur les plateaux pour vendre ses livres au lieu d’en rester à son rôle de présentateur de JT. Quant à votre deuxième question laissez-moi vous dire que je ne cherche qu’à donner une autre explication.
- Peut-être, Monsieur Soulisse mais votre théorie sur l’Apocalypse apparaît comme fantaisiste par rapport au dogme établi. Dire qu’il faut la précipiter plutôt que l’empêcher c’est tout bonnement prôner tous les terrorismes, tous les déb…
- Je vous arrête tout de suite. Vous faites un amalgame entre guerre et Apocalypse comme la majorité des personnes qui ont des siècles durant écouté la propagande vaticane. Si l’on prend le mot Apocalypse dans son acceptation étymologique, on apprend que cela signifie la Révélation. La thèse de ceux qu’on appelle les millénaristes n’est pas plus démentielle que celle des instances catholiques disant que seuls ceux qui n’ont pas pêchés seront sauvés et verront la Jérusalem céleste. Quel Dieu de Miséricorde pourrait-il laisser mourir autant de pêcheurs ? Je vous pose la question.
- Malheureusement je ne suis que journaliste et pas un dieu, Monsieur Soulisse. Ces attaques vous ont tout de même valu l’inimitié de Mgr Paraña, un des cardinaux en vue de la Curie, d’être persona non grata au Palais de Saint-Pierre et de recevoir l’excommunication suite à une demande de l’évêque de Paris. Cela ne fait-il pas beaucoup pour un seul homme ?
- Mais, Monsieur Poivre, cela ne veut-il pas aussi dire que je suis celui qui dérange ? Que je m’approche trop près d’une vérité que les pontes du Vatican connaissent et dont ils ne veulent à aucun prix car ils y perdraient privilèges, renommée et surtout crédibilité. C’est parce que je crains pour ma vie que je me fais voir. Pour qu’on se souvienne de moi…
- Allons, allons, Monsieur Soulisse. C’est vous qui perdez votre crédibilité. Le Vatican ne fait pas assassiner les gens qui ont une vision différente de la leur.
- Il n’y a pas si longtemps pourtant, les papes et les cardinaux ne se gênaient pas pour le faire. Les bonnes habitudes ne se perdent pas facilement.
- Je vous laisserais seul responsable de vos propos et rappelle à nos téléspectateurs le titre de votre ouvrage, « Apocalypse, fin d’un mythe catholique ». C’est la fin de ce journal. Bonsoir.

Publié dans Inspi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hector Gnole 20/05/2007 15:30

J'ai moi-même eu à abattre un garde suisse qui pénétrait dans ma propriété avec l'intention manifeste de me causer un tort irréversible. Sinon, pour parler de l'apocalypse, je vous conseille dieuexiste.com, le site de l'Elu qui vient d'entrer dans une période de retraite silencieuse, sans doute le prélude à un été torride.